Amed, capitale du reggae ?

Nous voici arrivés dans le nord de Bali. Pour être plus précis, Amed, petite ville du nord-est, dont les caractéristiques principales sont d’être au bord de la mer (l’océan indien donc), au pied du volcan (une pure beauté) et de compter plus de clubs de plongée que d’habitants à l’année (enfin j’exagère mais c’était pour planter le décor car, croyez-moi, il y a vraiment beaucoup, beaucoup, de clubs de plongée).

carte Amed

Le littoral n’y est pas fantastique. Ce qui attire les touristes ici est plutôt ce qui se cache sous l’eau. Néanmoins celle-ci y est très… tiède et cela fait du bien de pouvoir prendre un bain de mer au petit matin à 20 mètres de notre homestay.

oznor

cof

P1020141

rpt

dav

Or donc, hier soir nos pas (et surtout nos estomacs) nous ont menés vers le Wawa Wewe restaurant. Un lieu fait de bric et de broc. Du bambou, du bois flotté, des poules et des coqs sur les tables, une belle carte de plats balinais comme on les aime et, surprise du chef pour la soirée… un concert !

P1020155

maxresdefault

Nous voilà aux premières loges. Quelques touristes comme nous et des locaux, à la fois européens et indonésiens qui investissent les lieux au fur et à mesure de la soirée. Le groupe, 4 jeunes balinais du cru qui font une minute de balance avant d’envoyer le son. Soirée rock-reggae, nous voici dans l’ambiance locale, nous voici à Amed, capitale du reggae !

En discutant avec Franck, un belge de 65 ans vivant à Bali depuis 45 ans, j’apprends qu’ici vit une grosse communauté rasta et que Bob Marley y est vénéré comme le King pouvait l’être aux States. Et de fait, au fil de la soirée, commencent à apparaître des jeunes ou vieux balinais arborant locks et vêtements à l’effigie de Bob. Ce qui est étonnant c’est qu’ici en Indonésie et donc de fait à Bali, les autorités ne rigolent pas du tout, mais alors pas du tout, avec la consommation de cannabis. Récemment une jeune australienne de 25 ans a été condamnée à 5 ans de prison pour avoir fumé un joint sur une plage de Kuta, ça calme !

rasta yoga

Mais il s’agit bien d’une enclave musicale, le reste de l’île ne vit pas au rythme du son jamaïcain. Alors qu’écoutent les balinais ? Depuis notre arrivée ici nous avons surtout entendu du gamelan, souvent dans les lieux touristiques et beaucoup dans les lieux moins touristiques car les balinais s’y entraînent beaucoup (l’apprentissage se fait en commun, non par des cours particuliers à domicile).

Mais qu’est-ce que le gamelan ?

Il s’agit d’une musique traditionnelle, qu’on retrouve d’ailleurs aussi dans le reste de l’Indonésie. Elle sert à accompagner les spectacles de danse balinaise. La particularité de cette musique tient les instruments utilisés, des gongs, des percussions et beaucoup, mais alors beaucoup de métallophones (sortes de xylophones cognés avec des marteaux). C’est le joueur de tambour (le kendang) qui est le chef d’orchestre. Lorsque le gamelan accompagne une danse, un dialogue s’installe entre le joueur et le danseur ou la danseuse… comme avec le Gwo Ka !

gamelan

Il existe une grande variété de musiques traditionnelles et, comme partout, les jeunes écoutent aussi beaucoup de pop internationale (on entend surtout Ed Sheeran… il est partout !).

Mais pour le moment vivons à l’heure du reggae… Yeah Man…